Vice Versa ou la poésie des émotions

Si j'ai une sorte de schizophrénie pour les livres qui me pousse à lire des ouvrages complètement différents, il en est de même pour les films... Je suis la première à courir en salle dès qu'un Shutter Island ou un Moi, moche et méchant sort sur les écrans... Voyez le grand écart... Je suis également la première à défendre bec et ongles les films d'animation face aux "c'est pour les gamins"... De toute évidence ces personnes n'ont rien compris... Chaque film d'animation a plusieurs pistes de lecture, plusieurs niveaux de compréhension... Entre allusions, références, etc. ils sont souvent d'une grande richesse. Vice Versa, sorti cet été sur les écrans, en est la preuve.



Pour ceux qui sont passés à côté de ce phénomène, petit rattrapage : 


Au quartier général situé dans la tête de Riley, petite fille de 11 ans, les émotions sont au travail. A leur tête : Joie, la guillerette de la bande (comme son nom l'indique), toujours de bonne humeur et qui voit du positif en toute chose dirige d'une main de maître les opérations, veillant à ce que Riley soit toujours heureuse. Ensuite il y a Colère, qui s'enflamme vite et qu'il ne faut pas chercher, suivit de Peur, le chétif craintif, Tristesse, avec ses allures d'ado blasée mal dans sa peau et enfin Dégoût, caricature de la pimbêche dont la devise serait sans doute "No way" (*même pas en rêve). Chacune des émotions a un rôle bien précis et l'équilibre a toujours été maintenu... Jusqu'à ce que les parents de Riley décident de déménager... Nouvelle ville, solitude... Un bouleversement pour la jeune fille qui est à l'orée de sa crise d'adolescence... 




Drôle et poétique, le dernier né de Pete Docter (Wall-E, Là-Haut, etc.) nous plonge au cœur de l'âme humaine, nous racontant l'histoire de toute personne qui grandit, passant de l'innocence de l'enfance à l'âge adulte dans un tourbillon incontrôlé d'émotions. Plus efficace (et sans doute moins soporifique) que l'Introduction à la psychanalyse de Freud, Vice Versa illustre à la perfection les tourments qui nous bousculent quand on grandit, et même après... Une réflexion, portée par des personnages attachants, de l'humour et une touche d'émotion. Juste ce qu'il faut.

You Might Also Like

0 commentaires

Flickr Images